Faucheurs volontaires : Blocage du port de commerce de Brest et de la société Bunge.

188 views

L’action a débuté le vendredi 6 décembre tôt le matin au Port de commerce de Brest gérée par la Chambre de Commerce et d’Industrie bretonne qui appartient au conseil régional. Les principales marchandises importées sont les hydrocarbures et aliments pour bétail, la principale marchandise exportée : le poulet congelé. LA SOCIÉTÉ BUNGE, leader européen dans le négoce international de l’agro-alimentaire, et pour partie l’import et l’export d’oléagineux, est installée depuis 2016 sur le port de Brest. Elle y stocke et distribue donc une part des 4,5 millions de tonnes de soja OGM-PESTICIDES arrivant chaque année d’Amérique du Nord et du Sud en France.

Par cette action, les faucheurs volontaires ont voulu dénoncer :

  • Les importations de soja et donc les monocultures OGM-pesticides
    en Amérique. Sur ce contient, elles génèrent l’accaparement des terres par les firmes de l’agro-business, l’élimination des paysans, la destruction des ressources (eau, sol, biodiversité) et en définitive une crise sanitaire et sociale pour les populations persistant à vivre dans ces zones de monocultures
  • la filière d’élevage industriel mortifère en France et en particulier en
    Bretagne (dont le poulet congelé destiné à l’export) que ce soja
    approvisionne. Dans notre région, cette agro-industrie est synonyme de pollutions des ressources, destruction de l’agriculture paysanne, et
    d’emplois peu rémunérés effectuées dans des conditions néfastes (travail de nuit, non-respect de la santé des travailleurs)
  • l’acharnement des différents acteurs économiques et du syndicat
    majoritaire, la FNSEA, à persister dans cette impasse socioéconomique qu’est le marché de l’ « alimentation des masses », avec ses filières export énergivores et destructrices des économies locales bien plus « sociales et solidaires » l’asservissement de politiques qui font le choix de continuer à subventionner l’agro-industrie avec de l’argent public.

Aujourd’hui,

les faucheurs volontaires demandent à rencontrer Olivier ALLAIN, vice-président du conseil régional à l’agriculture
et Hervé VASSEUR, président de Nutrinoë, fédération des producteurs
d’aliments pour bétail du grand ouest (et donc clients de l’entreprise
Bunge). S’ils ne prenaient pas de dispositions en cohérence avec l’urgence de la situation, ils devraient, selon les faucheurs volontaires, en assumer la responsabilité d’élus et de décideurs économiques devant la société civile.

Pour demain, les faucheurs volontaires demandent :

  • l’arrêt des importations d’OGM en France et en particulier ceux qui y
    sont interdits à la culture en France car ce que nous jugeons dangereux pour notre société nationale l’est également pour l’ensemble de l’humanité.
  • une transparence des politiques d’orientation agricole du conseil
    régional : ces choix concernent tous les habitants de la région, qu’ils
    soient agriculteurs ou non, car ils déterminent la qualité de vie de tous.
  • une cohérence du budget régional en accord avec une réelle
    transition (agro-)écologique. Nous demandons donc que soit rendu
    publique de manière régulière le budget actualisé aux différentes filières agricoles.
  • une réelle modification du système agricole avec comme première mesure l’arrêt des subventions à la construction ou l’agrandissement
    des élevages industriels. L’argent ainsi économisé doit être à disposition d’une agriculture respectueuse des travailheur-euses,et de tout les êtres vivants sur cette belle planète.


Nous continuerons nos actions déterminées qui sont un des ultimes remparts à la voracité
mortifère des multinationales de l’agro-alimentaire et de leurs valets
politiciens locaux et Européens. La désobéissance civique permettra, nous l’espérons, de fendre le silence complice des personnes qui ont trop à perdre pour défendre le bien commun. Le monde a ce qu’il faut pour les besoins de tous mais pas assez pour l’avidité de quelques-uns !

Les Faucheurs Volontaires

Derniers articles "Accueil"

Revenir en Haut